Au menu : du bio, du frais préparé sur place et du local : TOUS LES JOURS !

A l’Institut Pinsons, nous sommes engagés pour une alimentation saine, nous vous expliquons pourquoi !

Qu’entendons-nous par alimentation saine ?

Du BIO, du FRAIS préparé sur place et du LOCAL : TOUS LES JOURS! 

A l’Institut Pinsons nous sommes engagés dans une démarche globale respectueuse de l’être humain et de l’environnement. C’est pourquoi nous sommes sensibles aux bienfaits d’une alimentation saine pour les enfants.

Et comme nous ne faisons pas les choses à moitié, tous nos repas et nos collations sont composés de produits 100% issus de l’agriculture biologique, 100% frais et préparés sur place et pour une grande partie locaux et de saison !

En plus, les menus sont validés par des nutritionnistes !

Toujours dans cet élan d’une démarche globale de sensibilisation, à l’Institut Pinsons, nous donnons du sens à toutes nos actions. Nous invitons les enfants à participer à une partie de l’élaboration des repas et des collations. Ainsi, les enfants découvrent les goûts, les saveurs, les légumes de saisons, les ustensiles adaptés à leurs petites mains… tout en dégustant les aromates plantés et puis cueillis directement dans notre jardin pédagogique !

Tous les meilleurs ingrédients pour partager un moment convivial et pour des repas quotidiens qui s’annoncent des plus joyeux.

child-930103_1280

Et les parents dans tout ça ?

Bien entendu, les parents sont invités à partager de temps en temps, ces moments ! Les familles nous feront découvrir leurs recettes préférées que nous préparerons et partagerons tous ensemble. Lors des repas, nous parlerons des prochaines sorties pour rencontrer les producteurs, pour aller sur les marchés… ou pourquoi pas échanger les délicieuses recettes préparées avec les paniers bios de producteurs locaux que nous proposerons… mais ça on vous en reparlera très vite !

Pourquoi faisons-nous le choix du Bio ? 

Mieux consommer, durablement et de manière responsable.

Aujourd’hui, il n’est plus possible de minimiser l’impact des pesticides Perturbateurs Endocriniens sur la santé des Hommes et donc des enfants.

« La présence de plus de 21 substances pesticides Perturbateurs Endocriniens – PE –  en moyenne dans les cheveux analysés montre bien que dans la réalité nos enfants sont exposés à des cocktails importants de ces substances.» [1] déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances étrangères à l’organisme qui peuvent avoir des effets néfastes sur celui-ci. Il faut savoir que le fœtus et le jeune enfant sont les plus menacés par ces substances, en effet ces résidus toxiques présents dans leur organisme peuvent perturber leur développement.

Pourquoi privilégions-nous les circuits-courts (et donc nos producteurs locaux) ?

Le comité des régions de l’Union Européenne souligne que les circuits courts « permettent un renforcement de l’interaction entre consommateurs et producteurs », « fournissent aussi un niveau minimal de souveraineté alimentaire», et « procurent des avantages sur le plan de l’environnement grâce à des systèmes de production plus durables.» [2] 

Un constat partagé par Lionel Astric et Cécile Cros dans leur livre Manger Local[3] Pour eux, notre approvisionnement dépend trop largement d’une importation de pays lointains, coûteuse en pétrole et le fait de déléguer notre capacité à nous alimenter à des multinationales nous prive de maitriser la liberté de se nourrir.

healthy-1281657_1920

Les associations de producteurs bio du réseau Bio d’Aquitaine font un constat plus large : « Manger bio local en circuit de proximité permet de développer des emplois non délocalisables (…), de prévenir la santé des convives en proposant des produits frais sans résidus d’engrais chimique, de pesticides de synthèse, ni OGM et de limiter l’impact écologique de l’assiette. Manger bio et local, c’est l’idéal pour dynamiser économiquement son territoire, maintenir des campagnes vivantes et proposer une alimentation durable.» [4]
Ainsi il apparaît aujourd’hui nécessaire de privilégier les circuits-courts, les producteurs locaux et de développer les potagers individuels pour reprendre en main la maîtrise de notre alimentation.

Parce qu’on partage nos sources, pour aller plus loin : 
[1]
http://www.generations-futures.fr/2011generations/wp-content/uploads/2014/04/rapport_exppert_3.pdf 
[2] http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2011:104:0001:0006:FR:PDF
[3] http://www.actes-sud.fr/catalogue/ecologie-developpement-durable/manger-local
[4]http://www.bio-aquitaine.com/wp-content/uploads/2014/09/DP-Manger-Bio-et-local-2014-Aquitaine.pdf

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *